Office National des Ports du Cameroun 1988-1992

Administrateurs et dirigeants

Le Président du Conseil

Paul TESSA

En poste depuis :

Autres fonctions :

 

DG : Siegfried DIBONG

En poste depuis :

Fonctions précédentes :

 

 


DGA (Technique) : Marcel NJINGA

En poste depuis :

Fonctions précédentes :

 

 

DGA (Etudes) : André PRISO

En poste depuis :

Fonctions précédentes :

 


Le Directeur Général de l'ONPC, Siegfried DiBONG avec ses adjoints Marcel NJINGA et André PRISO
Le Directeur Général de l'ONPC, Siegfried DiBONG avec ses adjoints Marcel NJINGA et André PRISO

Organigramme

Les collaborateurs

Entité Responsable Depuis
Direction Générale
Conseiller Technique Denis ASUAGBOR OBINCHUNG  
Contrôleur général Samuel BANINI II  
Représentant à Yaoundé MOUNGNUTOU MFORIFOUM  
Directions opérationnelles
Dir. de l'Administration Générale Abdoulaye BA  
Sous-Dir. du Personnel Jean François ONDIGUI ONANA  
Dir. Financière Denis ASUAGBOR  
Sous Dir. Comptable Francis YEMGA KAMLA  
Dir. de l'Exploitation Jean Calvin NDEM à ZOCK  
Commandant du Port Flaubert POUNGOUE  
Sou Dir. Commercial Samuel NWELA BATOUM  
Dir. des Accès René NGANHA  
Dir. des Travaux d'entretien et Equipements Henry NJALLA QUAN  
Sous Dir. des Travaux Louis NLEND BANACK  
Dir. du Développement et de la Planification Albert NGUEDIA  
Chef de Division Informatique Samuel NJOH SEKE  
Chef de Division Etudes & Contrôle de projets David DONGMO  

Faits marquants

Le contexte

Les pays africains ont continué à enregistré des taux de croissance négatifs, à cause, notamment, :

  • du service écrasant de la dette
  • la nette diminution des flux de capitaux vers l'Afrique
  • et la chute continue des prix des matières premières.  A titre d'exemple, entre 1980 et 1988, le café et le cacao ont perdu près de 50 et 40% de leur valeur.

A ces facteurs se sont récemment ajoutés des sujets d'appréhension engendrés par les bouleversements de l'Europe de l'Est qui pourraient engendrer l'abandon, par les pays occidentaux, de leurs partenaires traditionnels d'Afrique au profit des nouveaux marchés plus attrayants de l'Est.

C'est dans ce contexte morose qu'il faut apprécier la baisse des échanges extérieurs et de l'activité maritime et portuaire au Cameroun au cours de l'année 1989.


De résultats financiers en hausse!

xxxxx


Pays voisins : la RCA progresse, le Tchad recule un peu

La RCA a progressé au cours des deux dernières années, en passant de 65.955 t en 1988 à 72.270 t en 1989.

Le Tchad par contre, a connu une grosse baisse de dans l'exportation des produits agricoles qui a fait plongé son trafic  total de 104 310 t en 1988 à 90 886 t en 1989.

Baisse de l'activité portuaire

Le trafic de l'ensemble des ports du Cameroun accuse une baisse de 1,52% par rapport à 1988. Il est passé de 3,77 millions de tonnes l'année dernière à 3,71 millions cette année.

Contrairement à la tendance baissière générale, le trafic conteneur enregistre une hausse de 0,22%.


Ports secondaires : Limbé sort (un peu) de sa torpeur

Inexistant depuis 3 ans, la faute à l'obsolescence de ses équipements, le port de Limbé/Tiko a enregistré un trafic de 87 tonnes, bien loin des 6.000 T de Garoua et 114.310 T de Kribi.

L'obsolescence du matériel de manutention du port de Limbé/Tiko décourage les armateurs (et même la Camship). La quasi inexistence du trafic dans ce port provient également du marasme qui frappe le secteur des produits de base.


Le bois toujours en tête des exportations

Douala accueille l'AGPAOC


Réunion interministérielle sur la sécurité au Port de Douala

Plusieurs ministres et hauts responsables à divers degrés de l'administration camerounaise se sont rencontrés à Douala pour évoquer le problème de la sécurité au port.

Les ministres Meva m'Eboutou de la Défense, Roger Tchoungui du Plan de stabilisation, le Secrétaire d'état à la Sécurité intérieure Jean Fochivé, le Pca du PAD Paul Tessa, auxquels se sont joints le DG Siegfried Dibong, le Gouverneur du Littoral et Jean Jacques Ekindi de la section RDPC du Wouri ont fait le point sur la sécurité des installations et du domaine portuaires.

Ils n'ont pas hésité à remonter le Wouri en bateau pour faire un tour complet de la situation.

 


Difficultés, projets et travaux réalisés

Travaux réalisés

Nature
Remise en état de l'alimentation électrique du chantier des grands Moulins (Douala)
Remise en état du mât du terminal mixte (Douala)
Amélioration du facteur de puissance des installations électriques du terminal mixte
Réfection des chaussées et des passages à niveau (Douala)
Réfection de deux villas et du portail d'entrée au port (Douala)
Aménagement du bâtiment de la Direction Exploitation et réfection de la case de passage rue Ivy à Douala

Projets à venir

Projet Explication

Date

début

Date

fin

prévi.

Aménagement du chenal du Wouri

Phase 1 : acquisition d'une drague stationnaire + réalisation des ouvrages de base (remodelage de la crique Docteur et extension du quai Bonabéri)

Phase 2 : réalisation des ouvrages de calibrage aval et approfondissement du chenal à -8,50m.

1990  
Restructuration du Port de Douala Redéfinir les conditions optimales d'exploitation et de développement du port + mise sur pied d'un nouveau programme  de développement/réhabilitation/réadaptation de l'outil. 1990  
Revêtement des terres-pleins des postes à quai 13 et 14 et Aménagement d'un parc à véhicules importés et à bois débités  1990 1990
Modernisation du Terminal à conteneurs Mise en service d'équipements performants pour la manutention en vue d'assurer une rentabilité plus élevée 1990  
Réhabilitation du Port de Douala

Rénovation urgente des infrastructures et superstructures vétustes, du vieux port notamment :

Reprofilage de la bande bord-à-quai

réfection du système d'évacuation des eaux du parc à bois

rénovation des caniveaux et des bouches d'incendie

1989 1991
Télécommunications et sécurité des navires

Mise en place d'un système de télécommunication pour la liaison entre navires et services d'accueil

Acquisition des équipements de surveillance de la navigaton

   
Etude du port en eaux profonds de Grand Batanga Projet momentanément arrêté.    

Travaux neufs prévus en 1990

Nature
Amélioration du réseau d'eau et des circuits électriques du vieux port, Douala
Construction d'une clôture aux cités des ports de Kribi et Limbé
Renovation de l'ouvrage d'accostage Douala
Aménagement d'un local d'archives, Douala
Rénovation peinture de trois batiments à Douala et de la case de passage de Garoua
Construction d'une station de lavage automobiles à Douala

Projets en cours

Projet Explication Date de début
Dragage de réhabilitation du chenal

Un dragage du chenal intérieur, réalisé en 1979-1980, l'avait approfondi à une côte de -7,10 m. Ces profondeurs sont, aujourd'hui, considérablement réduites sous l'effet de l'envasement.

Dragage également des autres plans d'eau.

1988
Modernisation du balisage Mise en place d'un système de balisage plus fiable et plus performant, en conformité avec les règles de l'AISM (Ass. internationale de signalisation maritime). 1989
Radiolocalisation de l'estuaire du Wouri Mise en oeuvre, dans l'estuaire du Wouri, d'un nouveau dispositif permettant aux vedettes de sondages et aux dragues de l'ONPC de se localiser avec une plus grande précision afin d'améliorer la qualité de leurs intervention sur le chenal et les plans d'eau.  
Acquisition des équipements  de manutention des fruits Commande complémentaire de matériel pour le projet visant à optimiser le rendement des équipements de manutention des fruits acquis en 1988.  1989
Etude de synthèse des caractéristiques des sols Faire la synthèse critique de toutes les études et campagnes de reconnaissance des sols du Port de Douala depuis 1965. Dresser une carte du domaine portuaire.  1989
Plan informatique Etudes, acquisition de matériel (celle, notamment, d'un ordinateur central), acquisition de logiciels et formation. 1988
Etude de la circulation et de la conservation de l'information

Mise en place d'un système de gestion et de diffusion de l'information pour améliorer la communication dans l'entreprise.

Acquisition de matériels pour le centre de documentation.

1989
Etude tarifaire Le but est de recommander à l'ONPC, une tarification après une étude comparative des tarifs des ports de référence ouest-africains. 1989
Réhabilitation des ports secondaires

Route Tiko-Wharf

Toiture des magasins de Limbé

Quais de Kribi

Poutre de couronnement de Kribi

1989

Indicateurs clé

Domaine Objet Valeur 1989 Valeur 1988 % / an-1
         
 TRAFIC  Total 3  577 291 3 617 262  
  Pays limitrophes  163.156  170.265 -4,18%
  Tchad 90.886 104.310 -12,87%
  RCA 72.270 65.955 +9,57%
   Exportations, en T  1 168 362 1 073 149  
  dont Bois  553 301 478 456  
  dont Produits alimentaires 383 351 355 139  
   Importations en T  2 408 929 2 544 113  
   dont Hydrocarbures  600 555 626 294  
   dont Produits alimentaires  649 683 781 214  
         
 PORTS SECONDAIRES        
  Trafic total    Kribi  114 310 130 384  
 Limbé-Tiko  87 0  
 Garoua  6 000 8 970  
         

L'outil portuaire

LOCALISATION

 

DESCRIPTION

  OBSERVATIONS

 

    
 

Superficie : 1000 ha dont 600 utilisés pour le moment.

13 magasins banalisés sous douane

15 millions de tonne de capacité de stockage

02 zones d'entreposage longue durée

20 km de voies ferrées reliées au réseau national

20 km de routes bitumées reliées au réseau national

2710 mètres de quai

     Le chenal a une profondeur de -5,8m.    
     Description Lng (m) Tirant d'eau (m)
Rive gauche (Douala) Port à marchandises diverses

 Poste divers 3 à 7

Poste divers 8 à 11

13 magasins banalisés sous douane de 47.490 m2

Des terre-pleins aménagés

836

564

 

 

-8,5

-10,5

 

 

Terminal à conteneurs

Postes 14 et 15

Poste divers 16 et RO/RO

Poste 17

20 ha de terre-pleins destiné aux véhicules importés

capacité instantanée d'accueil : 1.500 TEU

02 ducs d'Albe

2,5 ha de parc

1 magasin d'empotage/dépotage de 8.500 m2

1 hangar parapluie de 6.500 m2

450

250

100

 

 

 

 

 

 

 -11,5

-11,5

-11,5

 

 

 

 

 

 

Terminal Bois

(Géré par SEPBC)

 Quai de chargement de bois non flottant

3 rampes de mise à l'eau pour bois flottable

20 ha de plan d'eau

85 ha de terre-pleins pour pré-embarquement & commercialisation

2 hangars de 6.500 m2

1 zone de mouillage

160

 

 

 

 

 

-5,0

 

 

 

 

 

Terminal fruitier

 

 Poste 12 fruitier

Poste 13 céréalier

1 hangar de 6.500 m2

3 silo de stockage (1.500 t)

1 minoterie d'une capacité de 80.000 t.

200

200

 

 

 

 -11,0

-11,0

 

 

 

Terminal minéralier (Géré par Alucam)

Destiné au trafic de l'alumine

Poste 2 minéralier

6 silos de 1.600 t chacun

2,5 ha de terre-pleins

1 portique à quai à 8 bandes transporteuses

150

 

 

-10,5

 

 

Zones support logistique pour recherche pétrolière

 En amont

* Quai

* 50 ha de terre-pleins aménagés

En aval

* Quai

* 35 ha de terre-pleins aménagés

350

 

 

390

-6,0m

 

 

-6,0m

Terminal pétrolier

Poste 1 (affectation provisoire aux navires pétroliers)

2 ducs d'Albe

Tankers

141

 

 

-8,50

 

 

Zone d'entreposage longue durée

3 zones hors douane en aval et en amont

7 magasins de 6.500 m2 chacun

   
Zone de réparation navale

3 docks flottants de 500, 1.000 et 10.000 tonnes

Quai

1 atelier

346m  
Port de pêche

 Quai (la moitié du quai est mise à la disposition de la réparation navale

Usine à glace (concédée à ICE'D) d'une capacité de 150 t /j

1 entrepôt frigorifique de .500m2

1 hall à marée de 3.600m2

1 complexe de 5 chambres froides de 2,011t

700ml

 

 

 

 

 -5,5m

 

 

 

 

Rive droite (Bonabéri)   Quai 51 ex-bananier  Quai 146 -8,50m
 Quai minéralier (Cimencam)

 Quai

6 silos de 1.600 t chacun

3 cuves de stockage de 200.000 l chacune

3 cuves de relais de 20 m3 chacune

1 salle machine

2 portiques de déchargement de clinker de 1.000 t/h

198

 

 

 

 

 

-8,50

 

 

 

 

 

Garoua  

1 quai de 256 m

Capacité de stockage des marchandises de 12 ha

Capacité de stockage des produits pétroliers de 22 m3

Hangar de 4.800 m2

   
Kribi  

Quai de 250 m

Capacité du parc à bois 7.500 m2

Aires de stockage 2.500 m2

Hangars de 8.500 m2

   
Limbé - Tiko Limbé

Quai de 80m,

Hangars et magasins de 3.500 m2

Aire de stockage de 10.000 m2

   
Tiko

Quai principal de 135 m avec une profondeur de 7m

Quai secondaire de 120 m

Hangars de transit d'une capacité de 3.500 m2

   
Équipements  

 A- L'ONPC est propriétaire d'équipements permettant :

- le pilotage (parc de pilotines)

- la balisage 43 bouées (phares côtiers, bouées à queue, bouées à fond plat, bouées sphéréoconiques non lumineuses) dont 8 en réserves + un baliseur, le Paul Leferme.

- le remorquage

- le dragage du chenal (une drague, le Youpwé, acquise en 1978, une drague d'une capacité de 500 m3, le Garoua, acquise en 1964 et construite en1963 équipée d'une barge dans laquelle la drague verse les débris, utilisée pour la maintenance de l'entrée du chenal et une petite drague suceuse, le Kienké, qui sert aux petits travaux de maintenance des espaces protégées du port.)

Vie sociale

L'ONPC fête avec les délégués de l'AGPAOC


Nouvelles de la place portuaire

Contrôle des importations : la SGS va épauler la Douane

Un nouveau venu a fait son entrée dans le circuit d'importation des marchandises : la SGS ou Société Générale de Surveillance. 

Cette filiale du groupe suisse de même nom va épauler le Gouvernement dans le contrôle des importations.

Pour ce faire, le Gouvernement a accordé à la SGS, un contrat de concession de 10 ans avec pour objectifs l'augmentation et la sécurisation des recettes douanières ainsi que la facilitation des échanges.

Les Grands Moulins moulent leur grain au Port de Douala

La SGMC (Société des Grands Moulins du Cameroun) a achevé la construction de s monoulin au Port de Douala. Cette unité produira 280 tonnes de farine par jour.

Créée en 1991, la SGMC détient un emplacement privilégié qui lui permet de décharger ses différentes qualités de blé, sans rupture de charge, directement dans ses silos.


Ils nous ont rendu visite

Des têtes couronnées (Le Prince Charles et Lady Diana Spencer d'Angleterre), des autorités locales (le ministre des Travaux publics et des Transports), des élèves, des partenaires... Le Port de Douala est un lieu privilégié pour tous ceux qui visitent la capitale économique.